Samia Henni : “La bombe nucléaire : un aspect méconnu du fait impérial”

Le 7 juin, le projet Mars Imperium, Histoire et mémoires (post)coloniales XIX e -XXIe siècle organise son lancement officiel ! Samia Henni est la deuxième intervenante invitée, pour une communication intitulée “La bombe nucléaire : un aspect méconnu du fait impérial”.


Entre 1960 et 1966, les autorités coloniales françaises ont fait exploser leurs premières bombes atomiques atmosphériques et souterraines dans deux bases militaires au Sahara algérien : Le Centre Saharien d’expérimentations militaires (CSEM) à Reggane et Le Centre d’expérimentations militaires des Oasis (CEMO) à In Ecker. Ce programme nucléaire militaire secret a provoqué des retombées radioactives en Afrique et en Méditerranée et a déclenché une contamination irréversible. Dans son intervention, Samia Henni analysera les processus de construction et destruction de ces centres et infrastructures militaires, et elle examinera le long impact de la radioactivité provoquée par les bombes atomiques sur les populations ainsi que sur l’environnement bâti et naturel au Sahara. Cette présentation est une réflexion sur les différentes spatialités et temporalités du fait impérial.

Centre saharien d’expérimentations militaires (CSEM) construit par les autorités françaises coloniales et militaires à Reggane, Sahara, Algérie, 1960. © Jean-Michel Pinaut / SCA / ECPAD (D-149-2-17)

Samia Henni

Samia Henni est his­to­rienne des envi­ron­ne­ments cons­truits, détruits et ima­gi­nés. Elle est pro­fes­seure à l’uni­ver­sité de Cornell. Elle est l’autrice de l’ouvrage primé L’archi­tec­ture de la contre-révo­lu­tion : L’armée fran­çaise dans le nord de l’Algérie (Éditions B42, 2019, FR ; gta Verlag, 2017, EN), l’éditrice de Deserts Are Not Empty (Columbia Books on Architecture and the City, 2022) et de War Zones gta papers no. 2 (gta Verlag, 2018). Elle est aussi la créatrice des expo­si­tions Archives : Secret-Défense ? (ifa Gallery/SAVVY Contemporary, Berlin, 2021), La Pharmacologie du logement (Manifesta 13, Marseille, 2020) et Discreet Violence : Architecture and the French War in Algeria (Zurich, Rotterdam, Berlin, Johannesburg, Paris, Prague, Ithaca, Philadelphie, 2017-19). Elle a obtenu son doc­to­rat en his­toire et théo­rie de l’archi­tec­ture (avec dis­tinc­tion, médaille de l’ETH) à l’ETH Zurich et a ensei­gné à l’Université de Princeton, à l’ETH Zurich, à l’Universitè de Zurich, et à la Haute Ecole d’Art et de Design de Genève (HEAD). Elle est titulaire de la chaire Albert Hirschman à l’Institut des études avan­cées d’Aix-Marseille Université (IMéRA) ; et elle est co-chaire de Beyond France The University Seminar, à l’uni­ver­sité de Columbia.



Citer ce billet
Delphine Cavallo (2022, 1 juin). Samia Henni : “La bombe nucléaire : un aspect méconnu du fait impérial” Marseille impériale. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r8yu

Delphine Cavallo

Responsable de la diffusion et du traitement numérique de la recherche à TELEMMe

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search