Ancrages

Créée en 2000, l’association Ancrages, a pour objet la valorisation de l’histoire sociale et culturelle du peuplement de Marseille autour des patrimoines des migrations et de l’histoire coloniale. 

Son credo: « Valoriser, transmettre, participer » pose les jalons d’une meilleure prise en compte des Droits culturels en matière de désignation et de participation aux trames narratives du territoire.

Depuis les années 1980, les demandes sociales de mémoire progressent en faveur d’une meilleure prise en compte des différentes composantes de la Nation en France et au-delà.

L’histoire plus inclusive des diasporas dans leur dimension transnationale redessine les contours d’un patrimoine de l’exil qui révèle les rapports ancestraux de domination. 

Ancrages consolide ses missions qui comportent trois axes complémentaires : 

  • Documenter le peuplement du territoire par la collecte de la documentation, la sauvegarde d’archives, l’accompagnement de projets,
  • Transmettre par la formation et la qualification des acteurs locaux, la programmation scientifique intitulée l’Agora des mémoires,
  • Valoriser par la médiation culturelle (balades patrimoniales, ateliers pédagogiques, expositions itinérantes…) à partir des ressources mobilisables au sein des services publics culturels (Archives, bibliothèque, musées) mais également de l’espace public. 

Les balades patrimoniales révèlent et interrogent les sources, les œuvres et leur contexte de production dans l’espace public

À partir des récits et sources collectés, l’association a construit par la suite un ensemble de balades patrimoniales sur les migrations qui sont devenues au cours des années l’une des formes de médiation et d’action culturelle emblématique de sa démarche à Marseille, avec un approfondissement progressif vers l’histoire coloniale. 

Par ce type de moyen, il a été possible d’aborder tout un ensemble de questions présentes dans les espaces publics en comparant Marseille avec d’autres exemples français, étrangers mais également avec les départements et territoires d’Outre-Mer où la statuaire et les iconographies en relation avec l’époque de l’esclavage sont à présent violement contestées et dénoncées, tout en ayant été largement reprises par le passé pour servir la promotion de l’image de ces territoires. 

La cité phocéenne, l’« autre » capitale impériale (après Paris) révèle en effet elle aussi de nombreuses empreintes des périodes coloniales. Celles-ci sont présentes dans son espace public à travers la célébration des capitaines d’industries, des membres de la prestigieuse Société de Géographie de Marseille, de l’Institut Colonial, des militaires et hommes politiques s’étant illustrés par leurs faits d’armes ou leurs positionnement vis-à-vis des ressources coloniales.

En les retrouvant et en révélant leur présence aux yeux du public, la démarche accompagnant les balades patrimoniales organisées par Ancrages s’inspire librement du name and shame, développé ces dernières décennies à l’encontre des entreprises non respectueuses des droits humains. L’enjeu de cette mise en débat invite à associer plus activement les citoyen.nes au choix toponymique et aux personnes et événements auxquels la ville de Marseille rend hommage dans l’espace public. 

Dans le cadre de Mars Imperium, la cartographie proposée valorise l’accès aux sources et notice historique des empreintes coloniales de la ville. 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search