Musées de Marseille

Logo des Musées de Marseille

Les Musées de Marseille conservent de très riches collections labellisées Musées de France gérées par neuf principaux établissements : le Musée d’Archéologie méditerranéenne (MAM), le Musée des Arts Africains, Océaniens et Améridiens (MAADA), le Musée d’Histoire de Marseille (MHM), le musée des Beaux-arts (MBA), le Château Borély – Musée des Arts décoratifs, de la Faïence et de la Mode, le Musée Grobet Labadié, le musée Cantini, le MAC (musée d’art contemporain) et le Muséum d’Histoire naturelle. Ces collections représentent un fonds d’environ 120 000 pièces inaliénables – oeuvres, objets, documents d’art graphique – assorties d’archives les documentant. Ces collections sont en partie exposées, accessibles au public, et en grande partie conservées dans des réserves, à des fins de préservation, de restauration, d’étude et de recherche. Les fonds des bibliothèques des musées complètent également ces sources et ressources mises à dispositions des chercheurs.

En qualité de partenaire associé, les Musées de Marseille entendent participer pleinement aux études et recherches et à la valorisation des connaissances relatives à l’histoire et à la mémoire de Marseille impériale. Deux conservatrices (Ann Blanchet, Sophie Deshayes) du Service des collections et chacun des conservateurs des musées impliqués (principalement, MBA, MHM, MAAOA, Muséum d’Histoire naturelle) contribueront aux travaux :

  • par la mise à disposition des collections et des fonds numérisés le cas échéant ;
  • par leur aide à la recherche iconographique et au règlement des cessions de droits afférents, montant forfaitaire ayant valeur d’apport financier ;
  • par leur expertise, contributions intellectuelles fondées sur un socle de connaissances acquises et mises à l’épreuve dans le cadre de réseaux professionnels nationaux et internationaux, et à l’occasion de la mise en exposition au sein des parcours permanents des collections, et de la conception des expositions temporaires.

En lien avec la thématique, peuvent ainsi être signalées (références non exhaustives) :

  • au Musée d’Histoire de Marseille : les séquences contemporaines couvrant les périodes de 1795 à 2013, les expositions temporaires sur le Front d’Orient, le Canal de Suez et les expositions participatives sur l’histoire et la mémoire des bidonvilles de l’Estaque, du quartier de la Cayolle, notamment. A signaler en particulier un fonds très riche autour des expositions coloniales de 1906 et 1922 composé de plusieurs centaines de documents : affiches, dessins préparatoires, cartes postales, photographies, brochures etc., qui ont été en partie valorisés au sein d’une production multimédia dédiée présentée dans le parcours permanent.
  • au Musée des Arts africains, Océaniens et Amérindiens le fonds d’art africain issu de la donation du collectionneur Pierre Guerre, masques et sculptures en provenance de I’AOF et AEF, celui de la collection du professeur Gastaud, en provenance notamment de Papouasie Nouvelle Guinée et de Vanuatu, une sélection du fonds colonial de la Chambre de commerce et d’industrie de Marseille Provence, dépôts composés de reliquats de plusieurs musées érigés à Marseille à l’époque coloniale le musée colonial de Marseille, créé par le docteur Édouard
    Heckel, le musée des colonies, construit en 1936 à l’emplacement des expositions coloniales de 1906 et 1922 au Parc Chanot.
  • au Musée des Beaux-arts, la collection orientaliste à réinterroger au regard des travaux et questionnements récents en lien avec le décor sculpté monumental érigé dans la ville de Marseille. La relecture et l’interprétation actuelles des traces de la période coloniale dans l’espace urbain devant nécessairement être contextualisées au regard de l’histoire de l’art.
  • au Muséum d’Histoire naturelle, les collections contiennent de nombreux objets provenant du Musée colonial, des Expositions coloniales ou encore d’institutions liées à l’histoire coloniale comme l’Académie malgache. Un travail d’identification de ces collections a débuté en collaboration avec le Laboratoire Population Environnement Développement (AMU-IRD) à l’occasion de la tenue des deux journées d’études sur les collections coloniales. Il convient donc de poursuivre ce travail d’identification et de documentation de ces objets (botanique, zoologie ou encore paléontologie). Pour rappel, le docteur Édouard Heckel, fondateur du Musée colonial, a été directeur du Muséum de 1877 à 1880.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search